Konubinix' opinionated web of thoughts

Avoir L'intuition De Faire Les Choses Bien vs Être Convaincu De Faire Les Choses Bien

fleeting

Voici quelques exemples de scènes (à peine caricaturées) dont j’ai pu faire l’expérience.

  • Je vous enverrai votre facture.

[…]

2 semaines plus tard:

  • Je vous envoie la facture tout de suite.

[…]

2 semaines plus tard: …

Quelque chose va mal dans une entreprise.

  • Ayons une réunion pour en discuter !

La réunion a lieu […]

Rien n’a changé.

Quelque chose va mal dans une entreprise.

  • On pourrait faire X.
  • Oui oui, faisons X !

[…]

Rien n’a changé, car personne n’a pensé à prouver que X est adapté au problème.

Quelque chose va mal dans une entreprise.

  • On pourrait faire X.
  • Oui oui, faisons X !

[…]

Les choses s’améliorent avec X, mais aucun suivi n’est mis en place, et X s’arrête de lui même. […]

Nous nous comportons comme si nous voulions bien faire les choses (rasoir de Hanlon), mais nous nous arrêtons au moment où nous avons l’intuition de faire bien, sans essayer de nous en convaincre.

Tout se comporte comme si nous souhaitions juste alléger notre conscience en faisant des promesses, sans vraiment se soucier de si on les respectera. Comme s’il suffisait qu’on arrive à réduire notre dissonance cognitive temporairement sans s’intéresser à la possible dissonance de notre moi futur qui aura à subir les conséquences.

Dans Système 1 / Système 2, Daniel Kahneman décrit l’anecdote d’être moins confiant de s’arrêter au feu rouge proche d’un bus quelques jours après des attentats dans un bus, alors que le comportement rationnel devrait de ne pas considérer qu’un bus est plus dangereux maintenant.

C’est comme si on faisait les choses jusqu’à passer le seuil où on se sent bien mais qu’on ne cherchait pas à atteindre le seuil où on croit que notre action est moralement bonne (voir théorie de l’engagement).

Quand on fait remarquer ce biais à quelqu’un, il y a de fortes chances qu’il soit en dissonance cognitive et pense qu’on le traite de « débile ». Il préfère l’impression de cohérence à la sensation d’un caillou dans les chaussure de ses certitudes.

Notes pointant ici